Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Superparfumeur est le Phénix

ElAttarine.jpg

Un parfum somme, qui fera date.

Une composition magistrale autour d'une sublime immortelle. Un hymne à l'Orient et à son peuple. De tous les parfums Serge Lutens, El Attarine est celui qui tisse le plus de liens avec les attars [huiles de parfum orientales] et leur sensualité libérée.

Le départ est aérien et fruité, presque anodin, inoffensif en tout cas. C'est une diversion malicieuse. Le cumin et les épices ne tardent pas à enlacer l'immortelle, et dès cet instant, El Attarine va gagner en ampleur. Lentement, inexorablement, à la faveur de muscs divins, son sillage va s'intensifier.

Sa structure est opposée à celle de Serge Noire : si ce dernier donne beaucoup et rapidement, El Attarine prend son temps pour développer son magnétisme floral, épicé et cuiré. Plus de 6 heures après son application, de l'encens et une vanille princière interagissent encore sur ma peau.

El Attarine n'est pas un parfum, c'est une épopée.

★ ★ ★ ★ ★



27/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres