Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Lettre de Tchekhov à Souvorine

Sans titre

Mais nous ? Nous ! Nous écrivons la vie telle qu'elle est, fini, terminé, un point c'est tout… Même si vous nous fouettiez, nous n'en démordrions pas. Nous n'avons ni buts proches, ni buts éloignés et il n'y a que vide dans nos âmes. La politique n'existe pas pour nous, nous ne croyons pas à la révolution, nous n'avons pas de Dieu et ne craignons pas les fantômes. Personnellement, je ne redoute ni la mort ni la cécité. […] Grigovoritch et vous me trouvez intelligent. Oui, je le suis, à tout le moins, suffisamment pour ne pas me dissimuler ma maladie, ne pas me mentir à moi-même et ne pas masquer mon vide sous les oripeaux d'autrui, les idées des années 1860, par exemple. Je ne me jetterai pas, comme Garchine, dans la cage d'escalier, mais je ne vais pas non plus me flatter de l'espérance d'un avenir meilleur.

 



11/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 211 autres membres