Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Les écrivains face à la doxa ou Du génie hérétique de la littérature

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Les écrivains face à la doxa ou Du génie hérétique de la littérature

Si la doxa (Sorte de panier contenant les idées dominantes qui font office de règles inaliénables dans la conduite d’une société) est une notion abstraite introduite en France par Roland BARTHES, il n’en demeure pas moins qu’elle est à combatte avec virulence tant elle formate nos sociétés et nos hommes.

C’est ce combat là que Jean-Pierre MARTIN nous propose ici, du moins un combat spécifique puisque c’est à la doxa littéraire que notre auteur s’attaque. La lecture de l’ouvrage montre que le sujet est plus vaste que cela puisque derrière cet aspect là se cache aussi une dénonciation de la doxa scolaire mais nous y reviendrons.

De prime abord, on pourrait penser le sujet un peu trop limité, qui ne touche que l’enseignement en littérature et les élèves à qui l’on enseigne cette matière là. Mais cette analyse serait faire avec des oiellières tant il est évident que le problème touche aussi les lecteurs d’aujourd’hui et surtout ceux de demain.

L’analyse de l’enseignement littéraire n’est pas tendre, l’auteur le montre raide, automatisé, robotisé et obéissants à des mécanismes d’un autre âge. Le lecteur n’est pas un participant actif au défilé de mots et de phrases qui se déroulent sous ses yeux mais juste un robot qui méthodes acquises grâce à un enseignement tambouriné dans sa tête. Répétitif à souhait.

La littérature rendue scientifique avec des cases en fonction du texte et de son auteur.

La littérature observé de cette façon rend la part belle à une technique et du balai les auteurs, le style, l’histoire seul ne compte que l’analyse par la science et au diable l’émotion et le reste.

La séparation est un peu comme nos élections présidentielles, la moitié est pour la méthode et l’autre moitié est carrément contre. L’œuvre, son auteur face à son psyché… Le débat est connu même parmi les plus grands : Sainte-Beuve, Proust…

Le problème c’est que les positions sont tranchées et parfois radicales. Regardons du côté de la production biographique pour s’en rendre compte.

La lecture serait donc viciée par les programmes éducatifs, empêchant toute lecture autrement que par un système mécanique ?

Pas totalement certain tant il reste des écrivaines et autant de lecteurs. L’expérience de la lecture par l’intime va perdurer avec le combat. Le vivant contre la théorie.

De toute façon il n’y aura qu’un chemin à suivre dans l’affaire et pour une fois c’est celui de la logique.



18/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres