Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Chroniques américaines, européennes de Pauline KAEL

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Chroniques américaines, européennes de Pauline KAEL

 

Tel Quel de Paul Valéry est un objet de littérature admirable, Telle Kael Pauline de par ses chroniques cinématographiques l'est tout autant. Car oui l'objet de mon désir, de votre désir futur, est un émerveillement, deux livres, deux chroniques pour une vision du cinéma américain pour l'un et une vision du cinéma européen pour l'autre.

Pauline Kael, adoratrice de Spielberg chez elle et de Godard chez nous, est un peu à elle toute seule dans son pays, ce que sont les Cahiers du cinéma chez nous : une critique du cinéma dans toute sa splendeur. Une plume précise et incisive. Une plume d'experte qui sait de quoi elle parle et qui en parle bien et ceci que ce soit pour dire du bien, ou pour dire du mal.

De par sa collaboration dans les plus grands magazines (Vogue, Sight and Sound, New Yorker...), elle se fît un nom, servant de modèle pour toutes les générations suivantes. Imposant sa patte comme on dit pour toute écriture qui se reconnaît entre mille.

Dans la partie européenne : elle idolâtre Godard, elle aime Truffaut et reste énigmatique sur Rohmer.

Elle massacre aussi, ah ce cinéma italien qualifié de mielleux et d'à peine regardable. Les clichés ne meurent totalement jamais c'est évident.

Un rythme inégalé qui à quand même le grand avantage de proposer une vision des œuvres loin de leur terreau naturel. La question de l'universalité d'un art en somme.

 

 

Pour la partie américaine, c'est différent forcément, puisqu'elle nous parle du cinéma de  chez elle.

Si Kubrick remporte la palme de sa détestation, Scorsese, Spielberg, Coppola son ses fétiches. Juste néanmoins car parfois elle en cartonnait certains de sa liste adorée.

Une maitrise, une compréhension totale de son sujet font qu'on adore autant son contenant que son contenu. Et tout ceci en évitant une prétention qu'on connaît parfois par chez nous.

Un livre a l'argumentation parfaite, attrayant à souhait et d'une accointance divine avec un savoir absolu. On se délecte de ses analyses d'une perfection et d'une précision horlogère.

La vision d'un maître, assurément.

 

Comme vous l'aurez compris la partie américaine à ma préférence. Il serait toutefois injuste et déséquilibré de ne pas se ruer sur les deux volumes.

 

Si vous aimez le cinéma, la critique de cet art, les belles plumes, alors oui il vous faut cet ensemble.



15/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 211 autres membres